Elus locaux et résorption des squats et bidonvilles : le dossier 2019

Le Collectif Romeurope dont est membre l’association William Penn, vient de publier un dossier intitulé : « Les élus locaux face à la résorption des squats et bidonvilles » qui décrit des expériences réussies d’intégration de personnes de culture roms dans diverses villes et communes de France.

A l’approche des élections municipales, ce livret sera remis à différents candidats pour démontrer qu’avec une réelle volonté politique des municipalités et des agglomérations de communes, des solutions d’intégration et de relogement des personnes vivant en habitations de fortune, peuvent être trouvées dans l’intérêt de tous : municipalités, riverains, personnes actuellement en survie dans des habitations de fortune.

Ce livret est consultable en ligne : https://www.romeurope.org/wp-content/uploads/2019/10/DOSSIER_Les-%C3%A9lus-locaux-face-%C3%A0-la-r%C3%A9sorption-des-squats-et-bidonvilles_FINAL.pdf

Résultat de recherche d'images pour "elus locaux et resorption des squats et bidonvilles"
Publicités

Une aide de la Fondation M6

Fin août, l’Association William Penn a eu le plaisir de recevoir une dotation de la fondation M6, en matériel scolaire (feutres, stylos, crayons, peinture, cahiers, classeurs, feuilles à écrire et à dessiner, taille-crayons, gommes, etc…) et en jeux pour enfants. 4 grands colis pour un poids d’environ 60 kg !!!

Cette dotation a notamment permis d’équiper pour leurs premières rentrées scolaires en France : Nejla (en maternelle), Arnes et Ensar (en école primaire), Adnan (au collège) et Vanesa (au lycée professionnel), ainsi que quelques autres enfants, vivant en squat ou bidonville, déjà scolarisés depuis une ou plusieurs années. Et il reste du matériel scolaire à distribuer pour quelques autres et pour un bon moment..

Un grand merci à Jeanne et Isabelle, nos interlocutrices au sein de la Fondation M6, pour cette dotation sortant du cadre habituel d’action de cette fondation.

https://www.groupem6.fr/engagements/la-fondation/

Résultat de recherche d'images pour "fondation m6"

Une eau dangereuse pour les habitants des bidonvilles lillois ?

Des associations s’inquiètent de l’exposition des bébés roms au perchlorate

Alors que la consommation d’eau du robinet est déconseillée dans soixante-quatorze communes de la Métropole européenne de Lille (MEL) depuis le 17 septembre pour les nourrissons, des associations appellent la MEL à proposer des solutions pour les bébés roms.

Par S. B. | Publié le 01/10/2019 LA VOIX DU NORD

Rue de Bavay à Lille, une enfant peine a remplir une bouteille d’eau à une bouche d’incendie qui libère un minuscule filet. PHOTO ARCHIVES BAZIZ CHIBANE

Rue de Bavay à Lille, une enfant peine a remplir une bouteille d’eau à une bouche d’incendie qui libère un minuscule filet. PHOTO ARCHIVES BAZIZ CHIBANE

Des biberons au perchlorate pour les bébés roms ? C’est la crainte des associations d’aide aux populations tsiganes de la métropole vivant en bidonville, qui ont écrit à la Métropole européenne de Lille (MEL). Les familles vivant dans des camps de fortune n’ont pas les moyens d’appliquer la recommandation de la MEL, responsable de la production et de la distribution d’eau courante : contrainte, face à la baisse du niveau des nappes phréatiques, d’effectuer des forages dans des secteurs pollués de la MEL, déconseille depuis le 17 septembre la consommation d’eau du robinet pour les nourrissons. Le perchlorate peut entraîner des dysfonctionnements de la thyroïde chez les personnes vulnérables.

Or les familles roms, en tout cas celles vivant sur des terrains de fortune, ne consomment justement que de l’eau « du robinet », fait valoir le collectif de Solidarité Roms de Lille dans un courrier envoyé le 13 septembre à la MEL.

(Suite de l’article : https://www.lavoixdunord.fr/645067/article/2019-10-01/des-associations-s-inquietent-de-l-exposition-des-nourrissons-roms-au )

Compte-rendu de réunion du Collectif lillois

Compte-rendu réunion collectif solidarité Roms de Lille-Métropole

Mardi 8 octobre 2019

Excusés : S. Pino, J-P. Macrez, S. Bocquet, D. Buisine, S. Pryen – Présents : D. Plancke, M. Labrouche, S. Hachelef, M. Lepech, D. Mary, P-C. Courtois, D. Debaisieux, T. Mijailovic, M. Cholewa, G. Cuvelier, D. Oddo. P. Tourbier, P. Vincent, M-P. Clarys, F. Szybowicz, F. Béague, B. Verfaillie et Lila Cherief de Romeurope, chargée du suivi de l’organisation des rencontres nationales (cherieflila@gmail.com)

Rencontres nationales – 7 et 8 décembre à Lille

Ont lieu deux fois par an, du samedi matin au dimanche midi. Une cinquantaine de collectifs participants potentiels. La dernière à Montpellier a réuni une centaine de personnes. Besoin d’hébergement solidaire.

Ce sera samedi 7 et dimanche 8 décembre, au centre social du Fbg de Béthune (Métro Porte des Postes), mis à disposition gratuitement. Si autres frais, prise en charge par Romeurope. Veiller à la participation des personnes Roms concernées

Propositions pour le programme : parler de la résorbtion des bidonvilles, de l’accompagnement social et médical au sortir du bidonville, de l’accès au droits en France et en Roumanie, de l’exercice du droit de vote par les personnes inscrites sur les listes électorales. Des ateliers possibles sur l’interculturel, sur l’alphabétisation, sur les Roms extra-européens, sur l’aide humanitaire. Une présentation du projet « la Ch’tite maison solidaire ».

Groupe de travail : Bertrand, Françoise, Dimitri, Dominique, Tony. Première réunion le mardi 15 octobre, entre midi et deux à la MRES.

Campagne pour les municipales

Romeurope a édité un rapport sur les actions possibles à l’échelle des communes. On en recevra une cinquantaine ; nous envisageons de le présenter au public lors d’une conférence de presse (après le début de la trêve hivernale). Début 2020, nous pourrons aussi envoyer un courrier ciblé (+ le rapport) à un certain nombre de candidats aux municipales dans les communes où il y a des bidonvilles.

Il y a aussi un flyer sur l’inscription sur les listes électorales (en français et en roumain), à reproduire et à distribuer à toutes les personnes roms que nous rencontrons.

Terrain de la rue Braille à Ronchin

L’aide humanitaire est trop difficile, elle est suspendue.

Terrain du Hellu

C’est le terrain le plus stable. Mais le dépôt d’ordures a atteint des proportions gigantesques, peut-être l’équivalent d’une centaine de bennes. Arthur et Tony craignent une épidémie. Une intervention de camions suppose de passer par le campement. Une dizaine de familles et cinquante personnes restantes. Le risque de démantèlement existe si on médiatise le problème. On alerte la direction de la cohésion sociale sur ce cas précis de péril sanitaire.

Quatre Cantons

Trois personnes du campement sont engagées dans une action de formation-insertion. Le campement est « horriblement sale ».

Ilévia

Bientôt 30 personnes auront bénéficié de l’action de l’association William Penn sur les abonnements en transports en commun.

Festi Migrants

Le samedi 16 novembre après-midi au grand séminaire, rue Hyppolyte Lefebvre à Lille. Mireille, Pierre (Vincent) et Pierre (Tourbier) y seront.

Intervention à l’ESPE (ex-IUFM)

Auprès de professeurs en formation. Françoise, et peut-être Mietek et Fred iront. Date à déterminer.

Loos, Santes, Haubourdin (compte-rendu de Fred Béague)

– Les 2 seules familles de l’ancien bidonville de Loos placées en hébergement d’urgence (à Loos au-dessus du Secours populaire) suite à la destruction de ce bidonville en juin 2016, vivent désormais en logement social à Loos et poursuivent leur parcours d’intégration (formation, travail, logement donc). Une première famille avait été relogée, il y a près d’un an. L’autre famille (un couple avec 3 enfants en école primaire) doit l’être la semaine du 7/10.

– A Santes, du fait de l’arrivée de nouvelles familles venues de Bosnie pour s’installer en squat, le propriétaire du lieu a reçu une convocation en gendarmerie, ce qui laisse craindre une expulsion à venir (une vingtaine de personnes concernées)

– Au village d’insertion d’Haubourdin, Anne annonce qu’une famille (un couple avec 5 enfants dont 1 jeune adulte, 2 adolescentes déscolarisées, 2 fillettes scolarisées en CLIS) a décidé de retourner vivre en Roumanie. En revanche, une mère veuve et ses 3 enfants vont s’installer dans la semaine du 7/10 en hébergement social de l’AFEJI. Il ne restera plus alors qu’une dizaine de personnes dans ce village d’insertion.

Rencontre avec le Préfet délégué à l’égalité des chances (C-R de Dominique Plancke)

Mireille Labrouche, Mietek Cholewa, Michel Lepech et Dominique Plancke ont rencontré lundi 7 octobre le Préfet délégué pour l’égalité des chances Daniel Barnier, sa nouvelle directrice de cabinet Capucine Barruel et le directeur départemental de la cohésion sociale Emmanuel Richard.

1- Les relogements de l’été

Nous sommes d’abord revenus sur le relogement de 3 bidonvilles du Vieux Lille cet été, en confirmant notre satisfaction de la mise en oeuvre de l’instruction du 25 janvier2018, mais en pointant aussi les difficultés rencontrées : éloignement pour les familles hébergées par Adoma à Lesquin, difficulté de compréhension par les familles du fait de la multiplicité des intervenants sociaux, problème des tickets d’alimentation inutilisables pour acheter une baguette ou un ticket de métro. Nous avons aussi demandé que soient pris en compte les « oubliés », qui étaient absents soit lors du recensement, soit lors de l’attribution des hébergements. Un bidonville qui accueille une vingtaine de personnes s’est reconstitué avec ces oubliés à proximité du Pont royal sur le territoire de Lille.

Ces demandes et remarques ont été notées, mais le Préfet a insisté sur le caractère « dérogatoire » de ces relogements, avec des réquisitions de logements du parc social hors critères habituels, et sur le coût très important de l’opération (il évoque près de 1 300 000 € coût total SAS & logements). Le DDCS et lui ont confirmé que ces hébergements étaient pérennes, et se poursuivraient au delà des 6 mois indiqués sur les contrats. Au total 144 personnes ont été concernées depuis juillet, certaines familles isolées ayant pris les places prévues pour les habitants de l’un des 3 bidonvilles, qui pour une raison ou une autre n’ont pas intégré le logement qui leur était attribué.

Le Préfet a confirmé sa volonté de poursuivre la démarche avec un objectif de 500 personnes relogées d’ici 2022 … Ce n’est pas une question de financement mais de terrains à trouver.

Une solution commune a bien été trouvée pour les familles de Maria Restas et ses 9 enfants et de Tarzan qui vont se voir proposer très prochainement une grande maison (avec jardin ! et accompagnement social) .

2- Nouveaux sas et relogements :

Le Préfet nous a confirmé que deux Sas allaient ouvrir, les permis de construire ont été délivrés, à Loos et Villeneuve d’Ascq. Ces Sas sont prévus pour une durée de 2 à 3 ans.  Il n’a pas voulu être plus précis sur le site précis à Villeneuve ni sur les personnes concernées. Il a seulement indiqué qu’une partie des familles du bidonville de Wattrelos pourrait être concernée. En revanche, contrairement à ce que nous avait indiqué la Sauvegarde, il ne semble pas avoir envisagé de reloger les familles bulgares du Recueil. Le Préfet semble d’ailleurs avoir quelques préventions de principe contre les bulgares… Le Sas de Lambersart devrait fermer cette semaine avec le départ de la dernière famille en logement. Et comme d’habitude, si nous avons des idées pour des terrains sur d’autres communes…

Nous avons rappelé nos propositions que les terrains de la Cruppe et de la rue de la Chaude Rivière soient transformés en sas.

3- Expulsions :

Tout en réaffirmant que l’Etat était tenu d’appliquer les décisions de justice, le Préfet nous a précisé qu’aucune opération n’était envisagée à court terme. Il semble qu’il n’y ait pas de procédure engagée pour le Chemin Napoléon. Les maires de Lezennes et Hellemmes lui ont écrit pour demander une intervention de la Sauvegarde, mais pas une expulsion. Dernière nouvelle : la Mel a engagé une procédure d’expulsion avec audience le 22 octobre.

4- OQTF :

Nous avons à nouveau dénoncé la distribution d’OQTF aujourd’hui assorties d’ICTF. Le Préfet a confirmé qu’il demandait de régler les situations au cas par cas. Il a précisé avoir demandé le 26 septembre de lever celle de Marius Itsvan demandée depuis longtemps par Mietek, et la directrice de cabinet nous a demandé de lui faire part des cas dont nous avons connaissance de personnes dont l’intégration est mise en difficulté du fait d’OQTF parfois très anciennes, mais parfois récentes. Le Préfet, comme ses prédécesseurs d’ailleurs, ne semble pas apprécier nos reconduites à la frontière en Belgique tout en reconnaissant que le TA nous avait donné raison.

Pour les extra-européens, le Préfet ne nous a laissé aucune perspective : « c’est la législation sur les étrangers qui s’applique ».

5- Période hivernale

De nouvelles places d’hébergement d’urgence vont être ouvertes à compter de novembre et devront permettre de proposer des solutions pour les personnes qui logent sous tente.

En résumé, le Préfet nous a donné le sentiment de vouloir poursuivre la démarche de résorption de façon positive, le DDCS a l’air d’être bien informée, et la nouvelle directrice de cabinet se met dans les pas de sa prédécesseure, là aussi de façon posiitive vis à vis du Collectif.

PROCHAINES REUNIONS DU COLLECTIF : LES MARDIS 12 NOVEMBRE ET 3 DECEMBRE À 18 H A LA MRES

Réunion du collectif lillois

La prochaine réunion du collectif solidarité Roms de Lille-Métropole aura lieu ce mardi 8 octobre à 18 h à la Mres, 23 rue Gosselet à Lille.
Lila Cherief, de Romeurope y participera pour évoquer avec nous les journées nationales du réseau qui se tiendront à Lille les 7 et 8 décembre. Outre ce point important à l’ordre du jour, nous évoquerons l’action en vue des prochaines municipales, les récents rendez-vous avec la DTV de La Sauvegarde et avec le Préfet à l’égalité des chances, et quelques autres sujets.
Merci à tous ceux qui le peuvent d’être présents
Pour le collectif
Bertrand

Conférence le 19/10 – Les Rroms face à la politique nazie – Médiathèque du Vieux Lille

 Le samedi 19 octobre à 15h à la Médiathèque du Vieux Lille (25 Place Louise De Bettignies) se déroulera une conférence de l’Atelier d’histoire critique en collaboration avec la Voix des Rroms. Le sujet traité sera : Les résistances Rroms face à la politique nazie.

« Le 27 avril 1940, les Nazis fondent le camp de concentration d’Auchwitz en Pologne. Ce camp de travail forcé est ensuite complété par un centre de mise à mort. Durant les cinq années de fonctionnement de ce complexe, plus d’un millions de personnes y perdirent la vie. Le 16 mai 1944, les gardiens SS (Schutzstaffe) doivent faire face à l’opposition d’un groupe de détenus. Cette révolte – la première de l’histoire du camp – est l’œuvre de prisonniers Rroms. Leur présence montre que le peuple Juif ne fut pas le seul peuple victime de la violence nazie puisque le IIIe Reich a également voulu éradiquer le peuple Rrom.

Le but de cette conférence sera donc d’apporter un nouvel éclairage sur ce génocide généralement méconnu. L’association la Voix des Rroms parlera donc de la genèse, des modalités d’applications, des conséquences de cette politique d’extermination et comment les Rroms ont résisté face à elle ».

Voici la page facebook de l’événement : https://www.facebook.com/events/227556864836351/

Communiqué de ROMEUROPE

Paris, le 13 septembre 2019
Communiqué de presse Une bonne nouvelle pour les habitants de bidonvilles et squats !
Le CNDH Romeurope se réjouit des annonces budgétaires faites par M. Denormandie ce jour concernant la politique de résorption des bidonvilles. Un passage de 4 à 8 millions d’euros de crédits, gérés par la Délégation interministérielle à l’hébergement et à l’accès au logement, est un signal très positif envoyé aux habitants de ces lieux de vie très précaires, aux associations et collectifs qui les soutiennent, aux élus et à tous les acteurs mobilisés pour leur accès aux droits.

Nous espérons qu’avec ces crédits supplémentaires, demandés depuis de nombreuses années, un accompagnement des personnes vers et dans des solutions durables d’inclusion sera proposé sur chaque territoire où cela est nécessaire.

Être entendu par le Gouvernement sur cette nécessité est une satisfaction mais nous resterons attentifs à ce que tous les ingrédients de la réussite soient réunis : une concertation sur la durée, qui implique les personnes concernées, une mobilisation des élus locaux et une implication forte des services de l’Etat.

Nous, associations et collectifs, prendront pleinement notre part dans ce travail commun. Nous publierons le 10 octobre un dossier à destination des (futurs) élus pour les encourager à se mobiliser en faveur de la résorption des bidonvilles et squats.

D’autres combats restent à mener pour résorber l’ensemble des bidonvilles et squats en France. Si notre collectif regroupe essentiellement des membres agissant auprès des citoyens européens, nous ne pouvons ignorer que dans les villes françaises, en métropole et outre-mer, de nombreux adultes et enfants, français ou ressortissants de pays tiers, connaissent des conditions de vie similaires. Partout sur le territoire, les expulsions sans solutions continuent de précipiter les personnes dans des situations de précarité les rendant toujours plus vulnérables.

Il sera donc important, dans les mois qui viennent, de capitaliser sur la méthodologie et les bonnes pratiques de cette politique de résorption des bidonvilles visant les citoyens européens, afin qu’elle puisse devenir l’exemple d’une politique prenant soin de toutes les personnes vulnérables. Qu’elles vivent dans des cabanes, des tentes, des bois, des squats, sous les ponts, dans les rues… Qu’elles soient françaises, citoyennes européennes ou ressortissants de pays tiers. Il en va de la cohérence de notre lutte commune contre le mal-logement.

Contact presse :
Manon Fillonneau – Déléguée générale
06 68 43 15 15  
manon.fillonneau@romeurope.org

Journée de prévention contre l’illettrisme à Lille

La médiathèque Jean Lévy de Lille propose une soirée exceptionnelle dans le cadre des Journées Nationales d’Action contre l’Illettrisme avec la projection du film « Illettré » de Jean-Pierre Améris le vendredi 13 septembre à 18h.

Un temps d’échange et de débat autour de l’illettrisme est organisé après le film.

Le film

Léo, la trentaine, est illettré. Un secret qu’il porte comme un fardeau. Un temps scolarisé, marqué par l’abandon de ses parents, il a presque tout oublié, avec 500 mots pour seul viatique.

Un jour, il est victime d’un accident à l’usine où il est ouvrier, un drame causé par son handicap qu’il cachait à tous. Immobilisé, il rencontre sa voisine Nora, infirmière et mère célibataire passionnée de lecture. Elle va le soigner, découvrir son secret et lui donner l’envie, la force d’apprendre. Mais est-elle vraiment prête à accepter sa différence ? Et Léo à la surmonter ?

Modalités

Horaires : à partir de 18h. Lieu : Lille – Médiathèque Jean Lévy, 32-34 rue Edouard Delesalle

Point de contact

Juliette SGARD Tél. : 07 78 57 39 30

E-mail : jusgard@mairie-lille.fr

Compte-rendu réunion /Collectif solidarité Roms de Lille-Métropole

Mardi 10 septembre 2019

Présents : N. Devreese, B. Verfaillie, M-P. Clarys, D. Sciacaluga , M. Labrouche, M. Cholewa, P. Vincent, Sarah (Epis), P-C. Courtois, D. Plancke, R. Tiset, P. Tourbier, D. Debaisieux, F. Szybowicz, D. Oddo, M. Payen, S. Pryen. Excusés : D. Mary, S. Bocquet, F. Béague, G. Cuvelier, J-P. Macre

1)Des nouvelles du Père Arthur

Il doit se faire soigner. De ce fait, il ne devrait plus être question de son départ de Lille, tel que l’avait envisagé sa communauté. Le Secours populaire de Loos pourrait « reprendre » son activité humanitaire. Contact à venir si ça se fait.

2) Médecins Solidarité Lille

Arrête les tournées du bus médical. Recevra les patients Roms à son local.

3) DTV de La Sauvegarde

– Olivier Jonville et Julien Châtelain, deux chefs de service pour la population Rom.

– Réunion, notamment sur la question des relogements des familles : 19 septembre à 9 h, au 25 rue de la Sablière à Mons. Dominique, Mireille, Mietek y vont. Daniela peut-être. Françoise a rédigé un point sur Sainghin.

3) Relogements de l’été

Le 8 juillet, Pont Royal. Le 17 juillet, façade de l’Esplanade + un petit terrain entre les deux peu de temps après

Ce sont plutôt des « mises à l’abri pérennes » : en appartements HLM à Marcq, Lys-lez-Lannoy, Roubaix, Croix, Seclin, Armentières, Villeneuve d’Ascq ou en hôtels (sous gestion Adoma) + emménagements au sas des Pyramides. Au total, cela concerne 120 personnes environ. Certaines familles ont été depuis relogées dans le parc social.

D’autres personnes qui habitaient couramment sur les terrains ont « loupé le coche » de juillet et cherchent encore des hébergements (quelques cabanes au Pont-Royal)

Problème énorme de non-ramassage des ordures au sas des Pyramides.

Pour le suivi des opérations, on demande un r-v avec le Préfet à l’égalité des chances.

4) Sas

– Un projet préfectoral à l’Epi de Soil à Loos près de Wattignies.

– Celui de Lambersart doit fermer le 30 septembre (18 personnes, toutes ont du travail)

– Une piste à Villeneuve d’Ascq.

5) Santes

15 personnes et un enfant à naître. C’était 6 personnes jusque juin….Trois petits Bosniens non francophones arrivés en juin ont été inscrits en école à Santes (super accueil de la directrice et de la mairie) et un ado non francophone au collège Jules Ferry d’Haubourdin (super accueil aussi). Pour les anciens devenus francophones : l’une poursuit sa scolarité au Lycée Sonia Delaunay en CAP et l’autre passe en 3ème UPE 2A à Lévi Strauss. Frédéric Béague doit inscrire une ado non francophone de 16 ans au CIO pour les tests CASNAV et alors tous les moins de 19 ans seront scolarisés. – INFOS : Frédéric Béague.

6) Epis

L’association s’est réorganisée. Elle n’intervient plus à l’échelle de terrains entiers. Mais un bénévole par famille fait les ateliers dans les logements ou caravanes (avec enfants ou adultes). 15 bénévoles au total. Recrutements en cours dans les universités.

7) Journées nationales Romeurope

Romeurope propose que ça se tienne à Lille, les 7 et 8 décembre. On recherche un lieu. On invitera la Ville et la Préfecture quand ce sera en route.

On serait censé assurer de l’hébergement solidaire, la présence de familles roms à la réunion, etc… Un groupe de travail sera à monter d’ici au mois prochain (incluant des militants d’autres territoires des Hauts-de-France).

8) Journées Logement d’abord

14 et 15 novembre à la Mel. A l’initiative de Nicolas Devreese, il y aura un atelier sur la résorption des bidonvilles. Il y aura aussi une soirée des solidarités le 14. On réfléchit à notre participation (même groupe de travail que ci-dessus).

9) Municipales

Romeurope se mobilise pour cette échéance. Idée : obtenir des engagements des candidats en faveur de l’intégration des migrants roms. Un document a été établi.

On le distribuera auprès des candidats dans dix communes métropolitaines qui nous concernent, mais une fois que la trêve hivernale aura commencé.

Par aileurs, les Roms seront invités à s’inscrire sur les listes.

10) Collecte de sons

Stéphanie Pryen propose de faire des enregistrements de personnes vivant en bidonvilles ou en squats. Le résultat pourrait être diffusé aux journées Romeurope.

11) Expo photos

En cours de montage. Elle sera prête pour les événements de la fin de l’année.

PROCHAINES RÉUNIONS LES MARDIS 8 OCTOBRE ET 12 NOVEMBRE A 18 H A LA MRES

Réunion du collectif lillois

Le collectif solidarité Roms de Lille-Métropole tiendra sa prochaine réunion mensuelle ce mardi 10 septembre à 18 h à la MRES, 23 rue Gosselet à Lille.
A l’ordre du jour (entre autres) :
– les suites des opérations de relogement de juillet à Lille
– la situation dans les bidonvilles restants
– les prochaines journées nationales de Romeurope à Lille ?
– une nouvelle organisation de l’association EPIS
– préparation d’une rencontre avec la DTV de La Sauvegarde (ex – Aréas)
– réflexion sur les municipales